LA RADIO AU CINÉMA

LA RADIO AU CINÉMA

 

 

Je conserve précieusement les DVD (je sais, je suis dépassé) des quelques films que je connaisse, dont le sujet est la radio. Je souhaite que ma connaissance soit limité et qu’il en existe d’autres. Une courte liste mais diversifiée en débutant par le regretté Robin Williams animateur de radio pendant la guerre avec, GOOD MORNING VIETNAM (1987).

Du réalisateur Oliver Stone, TALK RADIO (1988) est troublant puisqu’il raconte une histoire vraie, celle de l’animateur Allen Berg, assassiné en 1984.  Le choix et la puissance des mots prend une toute autre forme à travers le micro de la radio. La pièce de théâtre sur laquelle est basée le film a été adaptée au Québec par Micheline Lanctôt qui en a fait également un film pour la télévision. Dans les deux cas, Patrick Huard assure le rôle principal.

Howard Stern est sans contredis un animateur de radio qui a marqué toute une génération et qui poursuit maintenant ses émissions avec une plus grande liberté de parole sur la radio satellite Sirius depuis 2006. Ce que je trouve admirable dans PRIVATE PARTS (1997) c’est que c’est à peine exagéré. On pourrait le diffuser dans les sales de cours de radio pour démontrer le parcours le plus commun d’un animateur dans les années ’90. J’ai moi-même navigué et fait escale dans une dizaine de stations de radio à travers le Québec et je ne suis pas une exception à la règle.

PIRATE RADIO (2009) est en même temps historique et humoristique. Situé dans les années ’60 en Grande-Bretagne, alors que la musique rock’n’roll était à son apogée, la BBC n’en diffusait que très peu. S’installe alors des radios pirates sur de gros navires au large, dans les eaux internationales diffusant en direction des côtes. On suit l’histoire d’un jeune homme qui embarque à bord et découvre d’étranges énergumènes passionnés de musique. Là aussi, un film important qui aurait été réussit même sans le côté humour. Mais ça le rend sympathique.

Dans le cas de HIGH FREQUENCY (1989) la radio est prétexte à une histoire de meurtre. Un des intérêt du film est de voir de façon assez réaliste comment fonctionne une radio amateur. Honnêtement je l’ai inscrit dans la liste pour ne pas me le faire suggérer. Alors, est-ce que ma liste est complète ?

 

 

 

3 Commentaires

  1. il ne faut pas oublier Radio Days de Woody Allen où l’on constate la force évocatrice puissante des ondes aux touts débuts dans les années 30.

    Répondre
  2. Pump Up The Volume ?
    Airheads ? (tiré par les…cheveux ? :-p !)
    In a World… (c’est plus sur les « voice over » de bande-annonce mais la voix y est importante !)
    50/50 ? (le personnage de Joseph Gordon-Levitt est animateur/monteur/recherchiste radio)

    (J’écoute beaucoup trop de film et je trippe trop sur la radio également !)

    @GarsDesVues

    Répondre
  3. The Fisher King
    Sleepless in Seatle

    (et j’en oublie certainement !)
    🙂

    Répondre

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *